Critique Blu-Ray, Le transporteur : un Héritage à la hauteur de nos attentes ?

 Le 20 janvier 2016, « Le transporteur : Heritage » sortait en DVD et Bluray. Les producteurs de « Taken » nous présentent ce quatrième opus de la franchise mélant action, arts martiaux, et cascades automobiles, avec Camille Delamarre à la réalisation (« Brick Mansions »). Il s’agit d’un reboot du premier film, mais également d’un préquel des trois premiers épisodes de la série. Les fans de Jason Statham vont en revanche lâcher leur petite larme, car c’est Ed Skrein qui lui succède pour incarner Frank Martin, le personnage du transporteur. Attachez vos ceintures et préparez les sacs à vomi, parce que ça va décoiffer !

transporteur_heritage_bluray_test_essentielactu_01

Une co-production franco-chinoise à l’américaine !

 L’ambition du réalisateur était de faire un film qui déménage, et qui soit fidèle à ce que les trois premiers films et la série avaient insuflé. Le challenge étant double, car le héros, Frank Martin, n’est plus joué par le charismatique Statham, et c’est bien dommage, se dit-on de prime abord… Ceci dit Ed Skrein arrive à prendre possession du personnage, avec ses nuances, sa noirceur, mais aussi son humanité. D’ailleurs, ce « Heritage » va nous renseigner un peu sur le passé de Frank, sa famille, et le rendre un peu moins caricatural. Passons à l’histoire.

transporteur_heritage_bluray_test_essentielactu_03

Plantons le décor

Frank est toujours un livreur un peu spécial de marchandises généralement douteuses et clandestines… Il se fait forcer la main pour transporter des colis un peu spéciaux : trois anciennes esclaves sexuelles du réseau des « coeurs brisés », qui ont décidé de se venger de leurs bourreaux. Voilà quinze ans qu’elles vivent l’enfer, travaillant pour ces russes qui se sont imposés avec fracas dans le business de la prostitution dans le sud de la France, 15 ans plus tôt.  Aidées d’une quatrième victime, elles ont kidnappé le père de Frank (Ray Stevenson), pour le forcer à coopérer… Notre héros va donc être amené, malgré ses principes, à s’impliquer une fois de plus dans le malheur des autres. Non sans un certain panache, d’ailleurs !

transporteur_heritage_bluray_test_essentielactu_05

Un cocktail explosif !

Si « Le transporteur » a toujours usé de nombreux clichés assumés, il n’en demeure pas moins efficace, dans l’ensemble. Alors oui, les méchants sont très méchants, certaines scènes ne sont absolument pas crédibles ou réalistes et le tout n’est en rien original, mais ceci étant, c’est du grand spectacle qui se laisse regarder. Les prestations des acteurs principaux sont bonnes, même si on échappe pas à certains archétypes. Ed Skrein s’en sort vaiment avec les honneurs pour son interprétation, car il est difficile de passer derrière l’excellent Statham. Cependant, Frank conserve sa classe légendaire. Une marque de fabrique, au même titre que son costume tiré à quatre épingles, ou encore le fait qu’il travaille sans arme à feu. Les quatre femmes fatales, jouées par Loan Chabanol, Tatiana Pajkovic, Gabriella Wright (« Everly ») et Wenxia Yu sont convaincantes, et nous avons aussi Noémie Lenoir, qui tient le rôle de Maïssa la compagne de Karasov, le puissant proxénète à la tête du réseau (joué par Radivoje Bukvic). Les chorégraphies des combats sont originales, poussant Frank à utiliser tout ce qui lui passe sous la main pour dérouiller ses opposants. Les scènes d’action sont bonnes, et cherchent à nous en mettre plein la vue. Et comme d’habitude, on a droit à des manœuvres et courses poursuites improbables en voiture, de quoi assurer le show et passer un bon moment.

transporteur_heritage_bluray_test_essentielactu_04

Quelques gags et répliques visant à faire sourir tombent à l’eau. Clairement, Frank n’a jamais brillé pour sa répartie ou ses punchlines. On comptera de nombreux clins d’œils et petits hommages à la culture française, ce qui flattera notre chauvinisme ! La bande son est plaisante et toujours de circonstance. A noter que « Héritage » est le premier opus d’une nouvelle trilogie.

Conclusion

Le transporteur continue dans sa lancée, et nous sert ses traditionnelles clés du succès : cascades, action démesurée, femmes splendides… Ajoutez à cela une histoire mêlant vengeance, chantage, trahison, kidnapping, mafia russe, et on obtient un cocktail bien classique mais bourré d’adrénaline. Rien de très original dans le fond, mais le tout passe assez bien, à condition de ne pas s’attendre à autre chose. Si le pari de faire un film spectaculaire est gagné, celui de faire de « heritage » un digne héritier est peut être moins remporté. Mais qu’importe, ce n’est pas un mauvais film, c’est juste ce qu’on en attendait, avec ses forces et ses faiblesses. Les fans apprécieront sans doute, quant aux autres, il y a peu de chance que ce petit dernier leur plaise si ils n’ont pas aimé les précédents.

Article rédigé par ECHAP

Vous aimerez également