Critique du film Peur Bleue 2 [Deep Blue Sea 2] des requins surdoués qui savent même creuser

Hi, vous rechercher un film d’horreur à regarder avec vos amis, pour bien frissonner ? Ça tombe bien on a exactement celui qu’il faut éviter, c’est notre nanar de la semaine, je veux bien évidemment parler de « Deep Blue Sea 2 » ou alors « Peur bleue 2 » pour les nostalgiques. Découvrez notre avis sanglant et tranché sur cette suite des requins surdoués.

Notre avis sur Deep Blue Sea 2 qui débarque en DVD

20 ans après Syfy nous offre un copié collé raté de peur bleue

Vous ne rêvez pas, on parle bien de la suite du film Deep Blue sea sorti en 1999 avec Samuel L. Jackson dont on se souvient tous la fin, Thomas Jane (USS Indianapolis, la ligne rouge et prochainement The Predator), Saffron Burrows et le rappeur LL Cool J, souvenez-vous le cuistot marrant avec son perroquet. Presque 20 ans après, Warner Bros a donc accordé les droits à la société de production Syfy pour réaliser cette suite, qui, on ne va pas se mentir ressemble plus à un mauvais remake. A la réalisation on retrouve Darin Scott, connu pour…rien du tout en fait, mais le pire reste à venir avec le casting.

Un casting qui manque de cohérence pour peur bleue 2

Côté casting on retrouve une pléiade d’acteurs cantonnés au série B et on comprendra vite pourquoi. Rob Mayes reprend le rôle du technicien désabusé qui nage avec les requins, le bad boy qui prend des risques mais qui manque de crédibilité boudiné dans sa combinaison de plongée. On retrouve la scientifique blonde qui casse la tête à tout le monde avec sa morale en la personne de Danielle Savre. Mais le clou du spectacle revient à Jeremy Boado et Kim Syster qui incarnent un jeune couple d’experts en biologie, ADN, nano machin chose en j’en passe mais on y croit pas une seule seconde. La distribution des rôles et donc très mauvaise et l’interprétation moyenne de la plupart des acteurs ne viendra pas sauver ce Deep Blue Sea 2.

Visuellement le film ne casse pas trois ailerons à un requin

En évoquant les effets spéciaux, je me souviens de cette scène dans laquelle Trent est à côté d’un requin, on voit très clairement qu’il s’agit uniquement d’un aileron qui flotte et là c’est le fou rire. Pour éviter de trop dépenser en effets spéciaux, Deep Blue Sea 2 opte pour des bébés requins, il suffit de faire des bulles dans l’eau pour simuler une attaque et le tour est joué. Les décors font penser aux vieux films de science-fiction des années 70 avec des gros tuyaux ici et là. Heureusement on peut compter sur deux, trois effets visuels intéressants mais l’ensemble est plus que mauvais.

Conclusion Peur bleue 2 : A éviter

Ce n’est pas nouveau les films mettant en scène nos amis les requins ont la côte. Après les requins tornades, à trois têtes, requins zombies et méga requin disproportionné, voici donc les requins surdoués, qui nagent en bande, élaborent des plans et creusent même le sol pour se frayer un chemin. Sur le papier on peut passer au-delà de cette incohérence grâce aux mutations que le film dépeint mais Deep Blue Sea 2 n’en demeure pas moins un véritable nanar. Casting très mauvais, histoire copié collé du premier peur bleue, effets visuels indécents, répliques bateaux et j’en passe. Un conseil, il est préférable de se refaire le premier film Deep Blue Sea.

Vous aimerez également