Hôtel Transylvanie 2 débarque en Blu-Ray, retour sur cette suite horriblement farfelue

La clique farfelue de personnages horrifiques des studios Sony Pictures Animation revient en force le 9 mars 2016 en Dvd et Bluray. L’occasion de se replonger dans ce monde où ce sont les humains qui étaient synonymes de monstruosité, pour le comte Dracula et ses comparses, il n’y a encore pas si longtemps. « Drac », comme ses amis l’appellent, tient toujours son hôtel, où toutes les créatures cohabitent dorénavant en bonne intelligence. Mavis, la fille du légendaire vampire, et Jonathan, l’humain voyageur et gaffeur, se marient et ont un enfant. Ce dernier a bientôt 5 ans, mais semble beaucoup trop doux et gentil par rapport à ce que le Comte attend de lui. D’ailleurs, ses canines n’ont toujours pas poussé ! Afin de remédier à cela, Drac organise une expédition avec ses fidèles amis dans le but de faire du petit Dennis un vrai monstre. Ainsi, Murray la momie, Wayne le Loup-garou, Frank la créature de Frankenstein, Griffin l’homme invisible, et Blobby le Blob se joignent au convoi pour faire une démonstration de leurs terrifiants talents. Mais les plans de Drac se passent rarement comme prévus !

hotel_transylvania_2_critique_dvd_bluray_essentielactu_01

« Humains tolérés »

La réciprocité de l’aversion que portent les humains à l’égard des monstres est évidement encore source d’effets comiques, même si cet aspect est bien moins présent que dans « Hôtel Transylvanie » premier du nom. Les rapports entre les deux communautés sont bien plus sereins que par le passé, et la barrière est de plus en plus fine. De plus, les activités banales auxquelles Dracula et ses amis se livrent contrastent avec leur nature, telle qu’elle est perçue traditionnellement par les hommes. Nos travers sont caricaturés avec justesse et humour, déjà par le représentation qui est faite de nous mais surtout par le comportement des monstres, qui nous ressemblent plus que jamais. Le film tourne autour de problématiques on ne peut plus humaines : l’éducation, le conflit des générations, le regard de l’autre… Les thèmes abordés sont contemporains, et il est assez désopilant qu’ils le soient par le prisme de ces créatures fantastiques.

hotel_transylvania_2_critique_dvd_bluray_essentielactu_02

Le rythme de la mise en scène est toujours aussi soutenu : on a droit à une multiplication de gags, plus ou moins prévisibles, qui restent efficaces dans leur grande majorité. Les dialogues sont drôles, les situations délirantes et les personnages toujours aussi déjantés. Le tout garde un fond relativement classique, et s’adresse aussi bien aux adultes qu’aux jeunes enfants (même si ces derniers sont quand même favorisés). Sachez que comme souvent, on y perd en sens à cause de la traduction, dans certains jeux de mots notamment ; il est donc préférable de regarder la VO, au moins une fois, si on veut connaître les intentions originales des auteurs. Les clichés sont revisités intentionnellement afin d’être mieux brisés par la suite. On ne peut enlever à HT 2 son caractère moderne, frais, novateur, qui dépoussière nos créatures fantastiques et renouvelle le monde de l’animation…

hotel_transylvania_2_critique_dvd_bluray_essentielactu_03

Si on a vu mieux au niveau de la 3D, les personnages n’en demeurent pas moins très sympathiques et attachants. Un effort a été fait au niveau des éclairages et des détails dans les décors, par rapport au 1, mais on retrouve évidemment les caractéristiques d’animation de celui-ci : style unique, poses allongées et exagérées, physique irréaliste inspirées du Cartoon. Tout cela, allié au Motion Blur, participe au rendu si spécifique. Cette particularité graphique est en partie dûe au fait que Glenny Tartakovsky, le réalisateur des 2 « Hôtel Transylvanie » vient du monde de la BD.

hotel_transylvania_2_critique_dvd_bluray_essentielactu_07

Pour la Version française, Dracula était doublé par Serge Faliu dans le premier film ; c’est maintenant Kad Merad qui s’y colle. Si les avis sont partagés quant à ce changement,  le fait est qu’il est difficile de reconnaître l’acteur si on ne le sait pas. Le timbre est peut être moins « draculesque » qu’avant… Le casting dans son ensemble est relativement alléchant : si la version originale fait intervenir des acteurs comme Adam Sandler (également co-scénariste), Andy Samberg, Selena Gomez, Steve Buscemi ou encore Mel Brooks, la VF, elle, a bénéficié des participations de Virginie Effira, d’Alex Goude, et de feu Michel Galabru, entre autres…

hotel_transylvania_2_critique_dvd_bluray_essentielactu_05

Les bonus de ce deuxième opus sont très généreux, avec les commentaires audio du réalisateur ou bien ceux, plus fantaisistes, d’Adam Sandler, Robert Smigel et Allen Covert. Les enfants ne seront pas en reste : il leur sera expliqué, par exemple, comment organiser une fête dans l’esprit d' »Hôtel Transylvanie ». Il y a aussi, par exemple, une petite section pour apprendre à dessiner Drac et Dennis, une autre pour s’initier aux bruitages…. Bref, de quoi combler les attentes les cinéphiles et des petits curieux appréciant l’univers.

hotel_transylvania_2_critique_dvd_bluray_essentielactu_06

CONCLUSION

Si le résultat est toujours très sympathique, on y perd peut être un petit peu dans la qualité des gags, par rapport au premier film. On retrouve néanmoins avec grand plaisir nos créatures fantastiques dans leurs péripéties loufoques. Visuellement plus travaillé que son prédécesseur, cette nouvelle production bouleverse vraiment certains codes de l’animation et amène une touche de fraîcheur en évitant à tout prix de tomber dans le gnan-gnan. Quitte à tomber dans le lourdingue à quelques rares occasions. Mais la plupart des spectateurs devraient en théorie être séduits ; surtout les plus jeunes, qui trouveront là, peut être un peu trop systématiquement, tout ce qu’ils veulent voir. Ainsi, au menu : Hip-hop, Bmx, téléphones portables (Sony…) et Youtube, un condensé de technologie et de modernité un peu racoleur, qui pourra échapper en partie aux plus anciens. On reste cependant sur du spectacle familial très agréable, qui risque de s’imposer comme un classique à l’avenir, grâce à son coté « dans le coup » très prononcé. D’ailleurs, Hôtel Transylvanie ayant cartonné aux box office américain, une série dérivée verra le jour en 2017. Un troisième fim est aussi annoncé, pour 2018. Espérons que cette « machine à gros sous » ne perde pas en qualité, à mesure quelle sera exploitée…

Article rédigé par ECHAP

Vous aimerez également