Le film d’horreur de la semaine #2 : Cabin Fever 3 Patient Zero, Qui veut mon rhume qui arrache les bras ?

Allez deuxième numéro de notre nouvelle rubrique au nom évocateur et surtout très recherché « le film d’horreur de la semaine ». On s’attaque au troisième volet de l’excellent Cabin Fever qui débarque fraichement en DVD dans notre bonne vieille terre de la baguette et du fromage. Petit rappel, un premier volet très réussi est sorti en 2002 puis un second film moins intéressant mais tout aussi gore en 2009. Il a donc fallut attendre 5 ans pour retrouver notre bon vieux virus dévoreur de chair car c’est bien de cela qu’il s’agit dans la trilogie Cabin Fever, un virus venant dont ne sait ou qui s’attaque à votre chair, vos muscles, votre peau de manière très agressive et qui se transmet très rapidement . Bon on est loin de Street Trash sorti en 1987 mais certaines scènes peuvent être bien gores.

Que nous caches tu sous ce beau masque ?

L’histoire

Ce troisième film se penche sur le patient zéro, un bon point de départ c’est d’ailleurs ce qui nous a poussé à le regarder. On va enfin savoir comment tout cela à commencer, vont-ils trouver un vaccin ? Sans vous spoiler ne vous attendez pas à de grandes révélations. Le film prend deux axes, l’histoire du patient zéro retenu captif sur une ile afin d’être étudié dans l’objectif de trouver un antidote qui pourrait éradiquer l’épidémie, et de l’autre une histoire classique de jeunes gens qui se retrouve sur cette même île pour un enterrement de vie de garçon. Bien évidement les deux histoires se rejoindront au bout d’un moment.

 

Il faut vite soigner vos lombalgies avant que ça n’empirent

L’avis

Décevant c’est le mot que l’on retiendra, une idée de départ intéressante sous exploitée qui débouche sur un final brouillon et peut convainquant. Les personnages sont très clichés, le mec musclé tombeur de minette, le drogué, l’intello à lunette… Tout ceci est bien plat et peu captivant. Parlons du gore maintenant car c’est ça qui nous intéresse dans du Cabin Fever, là aussi la déception est au rendez vous. Si vous aimez les combats de femmes dans la boue vous aimerez surement le combat de femmes nécrosées et névrosées dans le sable, une blonde et une brune s’arrache la peau, les membres… C’est la scène la plus crade du film avec un cunnilingus sanglant.

Pour conclure, 09/20 car l’histoire du patient zéro aurait pu être plus creusé et plus intéressante et le côté beurk et dégoutant n’est plus là. Ce troisième volet perd littéralement l’esprit du premier film et on espère sincèrement qu’il n’y aura pas de Cabin Fever 4. Un conseil : Repartez plutôt dans la petite cabane perdue dans les bois du premier film réalisé par un homme qu’on ne présente pu et un maitre en la matière : Eli Roth.

 

Vous aimerez également