Not a Hero et End Of Zoe, l’édition gold de Resident Evil 7 ça donne quoi ?

Disponible depuis un peu moins d’un an maintenant, Resident Evil 7 a su réconcilier les fans de la première heure en instaurant à nouveau une ambiance digne d’un Survival Horror. En jouant finement avec les codes du genre et de nombreuses références comme La résidence des Baker qui possède de nombreux points communs avec le manoir Spencer, Capcom nous offre un retour aux fondamentaux salvateur. Face au succès de ce septième épisode il était donc logique de voir apparaitre dans nos linéaires une édition Gold reprenant l’ensemble des DLC et plus encore.

Avant d’aller plus loin, nous vous invitons à lire notre test du jeu d’origine ici

Test Resident Evil VII Gold Edition

Les vidéos interdites

Au programme donc de cette édition Gold de Resident Evil 7, les 2 volumes des fameuses vidéos interdites. Souvenez-vous le volume 1 était disponible quelques jours à peine après la sortie du jeu et nous offrant ainsi une énigme de taille grâce à « la chambre ». On retrouve également le mode « Ethan doit mourir » qui ravira les hardcore gamers. Le volume 2 quant à lui intronise le mode « 55ième anniversaire de Jack », un délire complétement décalé dans lequel vous devrez parcourir la maison des Baker pour trouver de la nourriture et des boissons pour l’anniversaire du papa fou. C’est inattendu et pas réellement indispensable, sachez-le.

Not a Hero

Ce contenu offert gracieusement par Capcom vous plonge dans la peau de Chris Redfield et se déroule juste après la fin de Resident Evil 7. Attention donc les éléments qui suivent sont susceptibles de spoiler le scénario, vous êtres prévenu. Chris part donc à la recherche du dernier survivant de la famille Baker, ce taré de Lucas qui a trouvé refuge dans les mines de sel. Vous en profiterez au passage pour retrouver les membres de vos escouades ici et là souvent piégés par le jeune Baker. On retrouve ici des ressemblances avec les films Saw notamment dans les pièges utilisés par Lucas, mais je vous laisse la surprise. Très orienté action, Not a Hero propose quelques idées intéressantes comme les ennemis vulnérables uniquement avec certaines munitions rares par exemple. En revanche on perd ce côté oppressant et horrifique. Not a hero vous tiendra en haleine 2 heures tout au plus ce qui est déjà pas mal pour un contenu gratuit. On regrettera en revanche de ne pas en apprendre beaucoup plus sur un éventuel Resident Evil 8.

End of Zoe

Troisième DLC payant de ce Resident Evil 7 Biohazard mais gratuit dans l’édition Gold, end Of Zoe viendra lever le voile sur ce personnage abandonné sur un ponton. Vous incarnez Joe Baker, le frère de ce bon vieux Jack et vous traverserez le bayou à la recherche d’un antidote pour Zoe. Ce DLC propose une approche intéressante puisque Joe est un bagarreur qui n’hésitera pas à en découdre à grand coup de poing. Le Rocky du bayou montra d’ailleurs en puissance de frappe en trouvant des petits poupées vaudou ici et là. Qui dit bayou, dit crocodile et nouvel ennemi avec un monstre des marécages particulièrement coriaces qui vous suivra presque constamment. On ressent donc ici l’oppression et la menace constante comme jadis avec un certain Nemesis. L’aventure de l’oncle Joe se boucle en une bonne heure.

Conclusion Resident Evil 7 Biohazard Gold Edition

Faut-il craquer pour Resident Evil 7 Biohazard Gold Edition ? En toute franchise, si vous n’avez pas encore fait le jeu d’origine, oui il est intéressant de se procurer cette édition complète qui vous permettra d’étendre la durée de vie et de découvrir quelques expériences intéressantes. Pour les autres, la question est plus légitime et dépendra comme toujours de votre attachement à la licence. Maintenant pour le prix, (comptez entre 35 et 50 euros en fonction des enseignes) le jeu en vaut clairement la chandelle surtout si vous êtes un heureux possesseur du Playstation VR.

Vous aimerez également