Test Dead Rising 4, un retour aux sources salvateur ou maladroit ?

Sorti en 2006 sur Xbox 360, Dead rising premier du nom a littéralement défrayé la chronique en apportant aux joueurs un genre tout à fait inattendu : la destruction massive de zombies à la cool. Aussi burlesque que le dernier film réalisé par George A. Romero (Le Vestige des morts-vivants, pour ceux que ça intéressent), la série a su s’imposer au fil des épisodes comme un immense défouloir fun et décalé. La recette fonctionnera-t-elle encore en 2016 avec ce bon vieux Frank West de retour sur le devant de la scène ? La réponse dans notre test de Dead rising 4.

Dead rising 4

ça va trancher chérie !!

Test Dead Rising 4, un retour aux sources salvateur ou licence qui tourne en rond ?

Frank is Back

Vous ne rêvez pas Frank West est de retour…à Willamette…dans un centre commercial…infesté de zombies… surement une question de Karma. Alors non, ce n’est pas un reboot mais bien une suite au scénario de série B totalement assumé. Les évènements se passent donc de nombreuses années après la première tragédie et tous les habitants reçoivent dorénavant un vaccin qui empêche la zombification. Et pourtant … après une brève incursion dans une base militaire pour tenter de percer un mystère, vous voilà à nouveau contraint d’explorer les allées d’un centre commercial flambant neuf. Ambiance noël et grosse déconne assurée avec un Frank chargé à bloc de répliques cinglantes. Si l’histoire ne fait pas dans l’originalité, l’aventure principale vous réservera tout de même son lot de surprises.

Dead rising 4

Frank en mode Red is dead

J’ai pas l’temps… Mon esprit…est ailleurs

Ça n’aura pas échappé aux fans de la licence, ce quatrième opus s’est affranchi des contraintes de temps que l’on a pu connaitre dans les épisodes précédents. Pour les nouveaux venus, une petite explication s’impose, prenons donc l’exemple de Dead Rising 3. Vous disposiez de 7 jours (dans le jeu, pas en réel rassurez-vous) pour boucler l’aventure, ce qui représentez entre 20 et 25 heures de jeu. Peu importe où vous étiez à ce moment-là, le jeu se termine au bout des 7 jours vous donnant droit à une fin différente en fonction de votre avancée et de vos choix. Les développeurs ont donc décidé de supprimer cette « contrainte » qui faisait pourtant toute la particularité de la licence.

Dead rising 4

On a donc le temps de se balader dans Dead Rising 4 ! Keep Calm

Ce choix est véritablement à double tranchant puisque d’un côté il nous permet de prendre le temps d’explorer tous les recoins du jeu et pouvoir massacrer du zombie tranquillement ce qui est une bonne chose. Mais on finit vite par airer dans les allées du centre commerciale à défourailler jusqu’à l’overdose. Alors que dans les épisodes précédents il y avait cette petite pointe d’adrénaline constante qui nous obligait tout de même à progresser sans trop s’égarer. Dead Rising 4 perd donc son aspect survivaliste au profit d’un Open World propice à l’exploration et au massacre de masse et c’est bien sur ce point que le jeu risque de diviser la communauté.

Dead rising 4

La mort est dans le pré

Affaire principale et quêtes annexes

Le jeu vous gardera en haleine de nombreuses heures pour qui veut explorer l’ensemble des lieux et trouver les nombreux objets à collecter (journaux, téléphones…). Dead rising 4 s’articule autour de 6 affaires à résoudre, certaines étant beaucoup plus longues que d’autre. La durée de vie dépendra essentiellement de votre désir de vous perdre ou non dans les quêtes annexes. Au menu des missions secondaires répétitives mais qui ont le mérite d’exister on citera nettoyer des refuges pour les transformer en abri d’urgence, aider des civils, détruire des équipements ou bien encore résoudre des enquêtes. A noter également que les abris possèdent plusieurs niveaux à débloquer vous donnant accès à d’avantage d’équipement. Vous l’aurez compris l’originalité n’est pas le fort de ce Dead Rising 4 mais la durée de vie est quant à elle au rendez-vous.

Dead rising 4

Frank mène l’enquête

L’arme ultime de sir West est bien évidemment son appareil photo. Ce dernier vous servira très souvent pour résoudre des enquêtes. Petite nouveauté vous disposez de nouveaux filtres pour mener à bien vos investigations. Tout d’abord la vision nocturne qui vous plonge dans une ambiance à la sauce Outlast, gare à vous. Le filtre spectre lui vous permet de mettre en exergue des éléments invisibles à l’œil comme des empreintes digitales par exemple. Il faut cependant bien admettre que les enquêtes n’ont vraiment rien de bien originales et il suffit la plupart du temps de prendre en photo des indices déjà bien mis en avant. Cependant ces petites coupures ont le mérite de temporiser l’action et donc de rendre le génocide de zombies moins indigeste.

dead rising 4

Comme vous l’imaginez, Frank se mettra aisément à la mode des selfies et votre stick analogique vous permettra de faire différentes grimaces, c’est con ça sert à rien mais qu’est-ce que c’est drôle. Surtout après avoir trucidé 200 zombies car j’ai oublié de vous préciser que les selfies servent également à gagner des points en fonction des photos que vous prendrez (brutalité, nombre de victimes…). Un petit plus qui a son charme.

dead rising 4

Côté fun ça donne quoi ?

Il suffit de jeter un coup d’œil sur les armes que le jeu propose pour comprendre que le fun est assuré : Un nain de jardin, un défibrillateur, poêle à frire, lampadaire, guitare, gants de boxe, raquette de tennis, enjoliveur, ordinateur, hache, clé, marteau et j’en passe des centaines et des centaines. Sans parler des pièces de survie qui regorgent souvent d’armes encore plus efficaces.

dead rising 4

Les armes combos sont toujours au rendez-vous et il vous faudra trouver les plans avant de pouvoir les assembler. Une lame et de l’azote liquide pour créer une lame glaciale, des feux d’artifice et une arbalète… je vous laisse deviner le résultat. Comme dans le précédent opus, les armes peuvent être fabriquées n’importe où, nul besoin de trouver un atelier. En revanche pour modifier l’apparence de Frank il faudra trouver un miroir sinon vous pouvez vous balader avec un masque de renne géant pendant un moment (ça sent le vécu).

dead rising 4

Le fun est donc toujours et encore au rendez-vous et heureusement car c’est bien là tout l’intérêt du jeu.  On prend un malin plaisir à tester toutes les armes, les véhicules et j’en passe. La coop propose également de jouer des missions jusqu’à 4 joueurs, attention cependant il ne s’agit pas de faire l’intégralité du jeu en coop et c’est bien dommage.

Dead rising 4

De nombreux véhicules vous attendent !!

Les points positifs

  • Toujours aussi bourrin et amusant
  • Des armes toujours plus farfelues et innovantes sans parler des déguisements
  • L’exosquelette et de nouveaux véhicules
  • Des centaines de zombies à l’écran sans aucun ralentissement
  • L’humour balourd de Franck West
  • Cette ambiance de Noël
  • Des références à gogo
  • Les selfies de la mort qui tue

Les points négatifs

  • Disparition de la contrainte de temps qui ne plaira pas à tout le monde
  • Un VF franchement pas terrible surtout pour la voix de Frank
  • Graphiquement et techniquement ça ne casse pas des briques
  • Un peu trop facile
  • Pas de Coop pour l’histoire principale…
  • Peut vite devenir répétitif

Conclusion 15/20

Pour ce quatrième épisode Capcom Vancouver limite la prise de risque en s’appuyant sur des valeurs sures : cette bonne vieille ville de Willamette, un centre commercial regorgeant de zombies et surtout son personnage emblématique, j’ai nommé Frank West. Si l’on peut reprocher à Dead Rising 4 d’avoir renoncé à sa contrainte de temps, le jeu n’en demeure pas moins un excellent défouloir.

Un open world infesté de zombies dans lequel on ne s’ennuie que très rarement. Le multijoueur apporte d’ailleurs une pointe de piquant supplémentaire et viendra rallonger une durée de vie déjà conséquente. Avec son scénario digne d’une série B totalement assumé et son aspect bac à sable, Dead Rising 4 ravira donc les joueurs occasionnels désireux de massacrer du zombie en toute impunité. En revanche, les fans de la première heure pourraient bien reprocher à ce nouvel opus de perdre une partie de son identité tout en restant sur des acquis qui commencent sérieusement à s’user.

Article rédigé par Anthony

Dead rising 4

Frank le pompier

 

Vous aimerez également