Le voyage d’Arlo, Pixar à l’ère des dinosaures

Après Vice-Versa, Le Voyage d’Arlo est le deuxième films des studios Disney-Pixar de cette année 2015 à sortir dans nos salles obscures. Retournons quelques millions d’années en arrière. Et si l’astéroïde n’avait pas touché la Terre ? Que se serait-il passé ? C’est ce que Pixar a voulu nous révéler…

le_voyage_d_arlo_2_essentielactu_cinema

L’Humanité est assurée par les dinosaures. La famille d’apatosaures, dont est issu Arlo, personnage central, est agricultrice. Chaque membre de la famille tient un rôle important. Oui, mais voilà… Arlo, le plus jeune, est angoissé par tout ce qui l’entoure, l’empêchant de vivre pleinement de l’activité de sa famille et de faire parti du cercle familial… Suite à une catastrophe naturelle, Arlo se retrouve loin de son foyer et entame un périple solitaire (ou presque) afin de regagner son cocon.

Ce film part d’un très bon concept : l’échange des “fonctions”. Comme en littérature, on pourrait parler de personnification, c’est-à-dire que les animaux ont des caractéristiques humaines. Les apatosaures cultivent les terres, les T-Rex gardent les troupeaux de bisons etc…tandis que les Hommes sont comme des animaux. Un échange très ancré et qui marche terriblement bien. A côté de ça, le scénario reste néanmoins trop basique et déjà vu. Un voyage initiatique comme dans Le Monde de Nemo partant d’un point A à un point B, en rencontrant toute sorte de personnages secondaires. On y retrouvera des similitudes avec Le Roi Lion…

le_voyage_d_arlo_essentielactu_cinema

Arlo se lie d’amitié avec Spot, un petit garçon aux traits d’Homme préhistorique. Une amitié qui ne l’a pas été du départ. C’est lorsque Spot vient en aide du jeune dinosaure que celui-ci lui fait confiance et partage son excursion. D’un point de vue “graphique”, on retrouve l’aspect enfantin avec des traits exagérés (une plus grande tête que le corps, de grands yeux…) totalement contradictoire avec le reste des décors qui sont d’une réalité à couper le souffle ! Dès les premières secondes du film, la rivière s’écoule lentement et vous n’aurez qu’une question à vous poser : est-ce de la prise de vue réelle ou de l’animation ? Pixar se surpassera toujours en qualité de décor puisque Rebelle, ou Cars 2 étaient déjà de très bons films en matière de background. Vous pourrez admirer tout ça grâce aux différents plans utilisés : gros plans, plans moyens pour les personnages et des plans larges, panoramiques pour la nature afin d’admirer toute la beauté de la technologie d’aujourd’hui. (Oubliez Toy Story premier du nom, les temps ont évolué !).

Comme toujours, Disney-Pixar nous parle de deux thèmes qui leur sont propres : l’amitié, l’amour, le partage et le dépassement de soi. Ce film parle aussi bien pour les petits mais aussi pour les grands ! Tout le monde peut s’identifier à un des protagonistes du film. Même si les scénario reste “bateau”, la magie et l’émotion sont belles et bien toujours au rendez-vous. Alors qu’attendez-vous ?

Réalisé par Peter Sohn (Ratatouille / Monstres Academy)
Produit par Walt Disney Pictures et Pixar Animation Studios
Sortie : 25 novembre 2015

Article rédigé par Charlène 

LE SAVIEZ-VOUS ?

  • Le Voyage d’Arlo est un film qui est en projet depuis 2009 et qui, tout au long de sa conception, a connu plusieurs problèmes, que ce soit au niveau de l’histoire, de l’animation ou encore des calendriers se chevauchant avec les autres Pixar.
  • Pour trouver la voix française du personnage d’Arlo, The Walt Disney Company France, distributeur français du film, a lancé le 3 juillet sur Disney.fr un dispositif exceptionnel de casting qui s’est poursuivi jusqu’au 31 du même mois. Les participants devaient ainsi télécharger un texte à interpréter vocalement, issu d’une scène du Voyage d’Arlo et déposer la vidéo sur le site. Les finalistes devaient ensuite passer une dernière épreuve en studio d’enregistrement et, à l’issue de celle-ci, l’heureux gagnant ayant le privilège de prêter sa voix au personnage d’Arlo a été révélé.
  • Pour la création du style visuel des grands espaces, l’équipe du film a utilisé des données sur la topographie, le relief et l’altitude du terrain fournies par l’United States Geological Survey (Institut d’études géologiques américain).
  • Le Voyage d’Arlo possède un record dans la galaxie Pixar puisqu’il s’agit du film d’animation comprenant le plus de plans mettant en scène de l’eau ! La rivière en compte ainsi plus de 125 à elle toute seule.
  • L’ancien footballer devenu comédien Eric Cantona s’est glissé dans le rôle d’un styracosaure nommé Le Collectionneur, vivant en pleine nature entouré d’une sélection de petits animaux qui ne le quittent pas. Dans la version originale du film, le réalisateur Peter Sohn prête lui-même sa voix à ce personnage comique. (Références ALLOCINE)