Test Predator Hunting Grounds, La chasse est ouverte ! Mais attention à ne pas être la proie…

On a testé Predator Hunting Grounds, La chasse est ouverte ! Mais attention à ne pas être la proie...

Depuis le 24 avril 2020, les développeurs d’Illfonic proposent Predator : Hunting Grounds, un jeu de tir multijoueur asymétrique, sur PS4 et PC, édité chez Sony Interactive Entertainment. Très attendu au tournant, et étant le descendant de nombreuses adaptations, plus ou moins réussies, qu’en est-il de cet opus ? Supercherie pour apâter les fans des films, ou réel titre qui mérite l’attention de tous ?

 

Predator, ou Prédatés ?

Pour qui ne connaitrait pas encore le Predator, il s’agit d’un extra-terrestre à la technologie avancée, bipède, qui chasse pour son plaisir et non pour se nourrir, tout ce qui bouge, et notamment les humains. Il conserve de ses parties de chasse des trophées, en arrachant par exemple la colonne vertébrale et le crane de ses victimes… Voilà, histoire de planter un peu le décor, et d’illustrer l’âme de poète de cette race Alien. Celà dit, elle peut parfois surprendre par son “humanité”, et derrière l’aspect cruel et abominable de la bête, c’est un peuple avec ses codes, ses rites, sa notion de bien et de mal…

Vous aurez le choix entre incarner le célèbre Predator (à la 3ème personne), ou bien faire partie d’un commando de 4 humains (en FPS), devant remplir certains objectifs avant de rejoindre un hélico pour extraction. Le but du Predator est evidemment  de chasser et d’éradiquer nos valeureux guerriers.

En tant que commando, il faudra toujours garder un oeil sur le reste de votre escouade. Il faut rester groupés et solidaires, si vous voulez rester en vie tous les 4...

Comme souvent dans les jeux au gameplay asymétrique (Evolve, Vendredi 13…), il sera moins fréquent de pouvoir incarner le Predator qu’un soldat,. En moyenne, vous devrez attendre 40 secondes pour jouer un humain, et 6-8 minutes pour incarner l’extraterrestre à Dreadlocks… Sachant en plus qu’ à part le didacticiel, Predator : Hunting Grounds se joue exclusivement online.

Le soft est plutôt bien équilibré, et peu importe qui vous choisirez d’incarner : vous aurez une chance. A moins qu’en humains, vous tombiez vraiment sur 3 brèles, contre un bon Predator… Bon; là vous êtes clairement dans la merde !

Le Predator peut être redoutable, et peut en plus se soigner, mais cela lui prend du temps. C'est l'occasion de l'arroser avec tout ce que vous avez !

Un jeu fidèle à l'âme des films ?

En tant que commando, l’esprit d’équipe est indispensable. La cohésion, le fait de devoir rester groupés, mais pas trop non plus, pour ne pas se faire décimer sur une simple attaque du Predator… Tout ça fait vraiment écho aux films, notemment les 1 et 3, qui prennent place dans la jungle; avec des humains, vulnérables certes, mais qui en faisant front ensemble, ont les moyens de renverser la vapeur; et de prendre l’avantage, voire de tuer notre chasseur à la technologie avancée.

Comme dans  les films également, lorsque ce dernier est mortellement touché, un compte à rebours s’enclenche, et vous n’avez que quelques secondes pour fuir le périmètre d’auto-destruction de la bête. Autre point intéressant, les commandos peuvent se couvrir de boue pour éviter de se faire repérer par la vision infrarouge. Tous ces petits détails ravîront les fans de la première heure, c’est certain. S’il est loin d’être parfait, les développeurs ont assuré une certaine fidélité à l’ensemble de ce qui a été fait au cinéma sur le Predator. Et les friands de la licence n’en attendaient pas moins.

La vision thermique permet de détecter très rapidement la moindre source de chaleur. Bien utilisée, c'est un atout indispensable à la chasse du Predator

Ainsi, controler le Predator s’avère très plaisant voire jouissif. Il peut scanner l’environnement et repérer les masses de chaleur, il peut grimper aux arbres et sauter de branches en branches avec une vélocité impressionante, utiliser son camouflage thermique… Et bien sûr, utiliser tout son attirail habituel (débloqué au fur et à mesure de vos parties). Le laser qu’il porte sur son épaule, son boomerang sphérique meurtrier, le filet blessant ses victimes… Tout comme dans un Vendredi 13, vous attribuez à vos personnages (alien ou humain), l’équipement et les bonus que vous souhaitez.

Sauter de branche en branche à vive allure, et courir le long des tracés visibles en rouge, permet de parcourir de grandes distances aisément. Le système est plutôt bien fichu, et ce gameplay basé sur la verticalité est original et très agréable.

La réalisation, la technique, le contenu

N’étant pas un triple A, Predator : Hunting Grounds propose une réalisation convenable, mais pas exempte de défauts ni bugs. La jungle, chatoyante et plutôt bien rendue, suffit amplement à l’immersion. Les textures, si elles ne sont pas bouleversantes, ne tranchent pas avec le reste, et on a un tout homogène, cohérent, plutôt agréable à jouer (précisons que le test a eu lieu sur Ps4 Pro). Certaines zones sont vraiment jolies. Les sensations de jeu sont très interessantes, car elles collent vraiment à ce qu’on pouvait attendre d’un tel type de jeu, prenant pour univers celui du célèbre et impitoyable chasseur.

Même s'il n'est pas techniquement à la pointe, Predator : Hunting Grounds propose une direction artistique assez réussie, et la jungle est assez immersive

L’ambiance sonore est de bonne facture. Que ce soit le bruit d’un headshot, accompagné de sa giclée de sang, où lorsqu’on entent les bruits du Predator dans les alentours, mais sans le voir… Tout ça participe à l’ambiance brutale, sauvage. Passant de moments d’acalmie, à des phases d’action musclées, on peut dire que le jeu gère son rythme et sa mise en scène, malgré quelques redondances.

L’IA des soldats ennemis n’est pas terrible, et ils servent plus d’occupation et de ralentissement, de par le nombre, que d’un réel challenge… Mais en affrontant ces soldats, pendant qu’un objectif est en train de se remplir in extremis, le Predator rôde aux alentours en même temps, et peut frapper à tout moment… Cela occasionne des séquences de stress intense, où tout peut basculer. Et encore une fois, on est très proche de ce que proposent les films.

Le Predator et ses "trophées"... Incontournable !

Vous aurez à disposition 3 classes de Predator, et 4 classes de soldats au total. De nombreux visuels pour vos armes, vêtements, et tout ce qu’il faut pour en découdre…

A la manière d’un Battlefield, chaque partie vous donne accès à des petits bonus et améliorations, ainsi que d’autres extras sous forme de valises à ouvrir… Il y a quelques collectibles à récupérérer également sur le champs de bataille, histoire de gonfler la durée de vie, pour les plus  collectionneurs acharnés d’entre nous.

A regret, on ne compte pour l’instant que 2 modes de jeu dans Predator : Hunting Grounds… Partie rapide ou privée. Donc peu de modes de jeu et peu de maps, on espère très vite que le jeu sera renfloué par de nouveaux environnements, voire des modes qui changent un petit peu l’expérience… Car cela devient vite répétitif. En commando, on remplit un objectif, subit une vague d’assaut de soldats controlés par l’IA, avec le Predator au derche en prime, puis on file au prochain objectif… jusqu’à extraction par hélico. Et en Predator (ce qui est beaucoup plus rare à jouer), l’expérience est certes tout autre et chasser ses proies est clairement satisfaisant, mais là encore, une certaine répétitivité, bien que l’on gagne vite en level, et donc en nouvelles armes, au fur et à mesure de la progression.

Même gravement blessé, quand le Predator vous attrape pour vous porter le coup de grâce, il n'y va pas avec le dos de la griffe...

Les plus de Predator Hunting Grounds

  • Une bonne ambiance, fidèle aux films
  • Un gameplay taillé pour l’univers du Predator
  • Fluide, nerveux, sensations de stress… Bref agréable à jouer
  • Cross-play entre Ps4 et PC (désactivable)

Les moins de Predator Hunting Grounds

  • Techniquement correct, mais rien d’éblouissant
  • Peu de maps, de base. A voir au fil des dlc, payants ou non…
  • Répétitif tout de même

Conclusion Predator Hunting Grounds : 14/20

Predator : Hunting Grounds n’est pas un chef d’oeuvre, et ne restera pas forcément dans les annales. Il n’empêche qu’il amène quelque chose d’intéressant dans le monde du multi à gameplay asymétrique, et saura sûrement plaire aux fans de la licence pour sa fidélité, son ambiance, et l’alternance bien dosée entre acalmies et gunfigts nerveux. Jouer le Predator s’avère assez jouissif, et il faudra adopter SA vision des choses, pour être efficace : séparer pour mieux régner ; rester furtif et taper vite et fort, pour redisparaître aussitôt… Les différentes classes permettent, heureusement, de renouveller un peu l’approche que l’on peut avoir, dans un camp comme dans l’autre. A conseiller pour les fans, mais si l’univers vous rebute vraiment, ne vous embourbez pas dans cette jungle, et passez votre chemin : il n’y a rien pour vous que vous ne pourriez avoir ailleurs, en mieux.

Article rédigé par Edchap

Voilà une escouade qui a su venir à bout du redoutable extra-terrestre... Baignant dans son sang vert fluo (ce qui donne un air de fête !)