Bravo Team sur PSVR est-il le Ghost Recon-like dont on rêve ?

Le Psvr nous apporte, depuis sa sortie, de plus en plus de bons titres, ainsi que quelques incontournables. Après Until Dawn Rush of Blood, qui avait marqué les esprits, voici Bravo Team, proposé par Supermassive Games (également auteurs de Inpatient) et Sony depuis le 7 mars 2018. Un Time-Crisis à la sauce Ghost Recon ? On pourrait dire ça. Le Fps tactique a désormais aussi son représentant sur ps4, mais est-ce que toutes les attentes seront comblées ? Ce n’est pas certain…

Vous commencez votre aventure sur un pont, après l’attaque de votre convoi.

Bravo Team sur PSVR est-il le Ghost Recon-like dont on rêve ?

« Choose your character »

Outre le choix de votre personnage (homme ou femme), le menu offre différents « modes de jeu » : avec un ami, l’IA ou en ligne. C’est une des forces du titre : il est jouable en coop intégralement. En plus de l’histoire, vous avez un mode contre-la-montre, axé sur le scoring.

Les amateurs de scoring ne seront pas en reste, dans ce mode de jeu.

Après un prologue immersif mais pas très original, vous vous voyez affronter un groupe d’hommes cagoulés et armés. Vous êtes accroupis par défaut, et pouvez vous relever en maintenant L2. On constate tout de suite la parenté avec Time-Crisis.

Vous passez ensuite d’un point à un autre un peu comme dans un The Division, en sélectionnant votre destination, et votre personnage s’y rend de lui même. D’ailleurs, vous avez le choix de la visée, pour ce système de couverture, en orientant la manette ou le regard. Cette dernière s’avère, pour ma part, plus intuitive. Une fois en place, à vous de vous contortionner derrière votre protection, pour éviter les balles les plus sournoises…

RATATATATATATATA !!!

Le « souci » est que lors du passage d’une couverture à l’autre (pendant lequel vous pouvez recharger votre arme), la caméra passe alors du plan subjectif au plan fixe, et l’immersion en pâtit. L’aventure vous est proposée en français, avec ou sans sous-titres. Le Aim controller est compatible, mais vous pourrez jouer à l’aide de votre Dualshock, avec un confort forcément moindre… Cela dit, les performances de cette dernière est somme toute très correcte.

Le passage d’une couverture à l’autre s’effectue avec un plan fixe… Judicieux contre le motion-sickness.

Même si des caisses de munitions sont disposées ça et là, vous devrez faire attention au gaspillage de balles… En effet, une fois l’arme principale à sec, vous vous retrouvez avec un flingue secondaire difficile à manier. Vous débutez avec le fusil d’assaut, et par la suite, le pompe (très efficace de près, mais une grosse dispersion), le sniper (bien foutu, mais avec un système de zoom dégueulasse, avec la croix directionnelle)… Du classique, mais en même temps, on ne va pas envoyer un commando d’élite avec un coton-tige et une pince à linge sur le terrain…

Le sniper offre de très bonnes sensations, et vous devrez coller votre œil au viseur pour espérer faire mouche.

A de nombreuses reprises, vous pouvez décider de la jouer « infiltration » : il y a la possibilité d’étrangler les ennemis furtivement. Là encore, l’intention est louable, mais elle manque de profondeur, et peine à convaincre. On reste sur du basique.

Les passages d’infiltration sont très sommaires, mais ont le mérite d’être là.

6 niveaux sont à votre disposition, de l’environnement urbain au commissariat. Là aussi du déjà-vu, pas très inspiré, mais relativement efficace. Vous avez 3 niveaux de difficulté. En vétéran, déjà, le challenge s’avère très correct, et vous devrez faire preuve de concentration et de jugeote, si vous voulez venir à bout des vagues d’ennemis déterminés à vous trouer la peau.

Le commissariat est une des maps les plus réussie : plein de recoins pour les forces adverses.

De bonnes sensations de tir

Dès les premières minutes, les sensations sont grisantes. Le jeu est fluide et ne vous donnera pas la nausée, grâce au système de couverture, un peu rigide et perfectible, mais sympathique. La manette répond avec précision.  L’action est rythmée et le ressenti est franchement sympa. On notera malheureusement rapidement des phases de jeu qui trainent en longueur, et l’on s’ennuie relativement vite.

Certains décors sont sympathiques, même s’ils manquent souvent de finesse.

Mais vous aurez compris que l’ambition du soft n’est pas de vous scotcher des dizaines d’heures durant à votre casque Vr… On le finit en quelques heures, et on y reviendra de temps à autre, pour des petites parties plaisantes, mais pas transcendantes…

Une réalisation en demi-teinte…

Graphiquement, on est loin d’un Resident 7 ou d’un Farpoint. Les textures sont bien souvent fadasses, les environnements cubiques, même si l’ensemble passe pas trop mal dans le feu de l’action… En revanche, on peut constater un sérieux problème d’échelle : En effet, comme dans certains jeux VR, Les personnages et objets paraissent massifs, peu conformes à la réalité. SuperMassive Games (sans jeu de mot) nous avait habitué à un poil mieux au niveau de la réalisation. On ne sent pas le souci du détail comme dans Rush of Blood…

Le fusil à pompe confère une impression de puissance, mais passé les 3 mètres, la dispersion est énorme…

La mise en scène est très banale, et synthétise un peu tout ce que les jeux et films d’action ou d’espionnage offrent généralement. On est sur du très classique, limite clichée… Mais ne noircissons pas le tableau : l’ambiance sonore est relativement correcte, et on appréciera le bruit d’un hélico qui nous survole, ou le bruit des balles qui fusent par exemple.

Le comportement des ennemis est relativement crédible : certains vous contournent, se planquent pas trop mal, quand d’autres se la jouent kamikazes, en se postant devant vous… Il y a peu d’unités différentes, ce qui pèse sur la répétitivité de l’action. Bravo Team est aussi prenant que frustrant : on se régale à rafaler à tout va en gigotant derrière sa cachette, mais on ressent également avec pesanteur l’absence d’explosifs, le faible nombre d’ennemis, etc…

Les points positifs de Bravo Team sur PSVR

  • Le gameplay semi-tactique, encore inédit sur PSVR
  • La coop
  • Bonnes sensations de tir

Les points négatifs de Bravo Team sur PSVR

  • Le prix neuf…
  • La réalisation approximative
  • Répétitif
  • Pas très original…
  • Court

L’icône de bouclier vous indique le point de couverture que vous pouvez rejoindre. Un peu raide, mais relativement efficace…

Conclusion Bravo Team sur PSVR : 13/20

Le bilan de Bravo Team est mitigé : si de bonnes idées cohabitent avec un plaisir de jeu et des sensations agréables, il n’en demeure pas moins que la répétitivité de ce Time Crisis-like, ainsi que ses errements de gameplay, en font un titre sympathique, mais pas incontournable, surtout au prix neuf auquel il est proposé (une quarantaine d’euros). Néanmoins, si vous avez une irrépressible envie de partenariat un brin stratégique, et que vous avez écrémé les meilleurs softs Psvr, laissez-vous tenter à la prochaine promo… Sans avoir trop d’attentes non plus.

Recharger au bon moment s’avèrera particulièrement important dans Bravo Team.

Vous aimerez également