Farpoint le FPS de référence sur Playstation VR peut-il devenir le meilleur jeu de réalité virtuelle ?

17 mai 2017, le très attendu Farpoint, shooter AAA destiné au PSVR, pointait enfin le bout de son nez. Le titre développé par Impulse Gear en a fait languir depuis des mois ! Présent à toutes les démonstrations du casque de réalité virtuelle de Sony, un de ses ambassadeurs les plus ambitieux et les plus attendus se livre enfin à nous dans sa version complète, officielle. Mais trêve de blabla. On a de la vermine à exterminer… « Houston… ça va chier ! »

Les premières impressions sont.. fortes !

Farpoint impressionne d’entrée de jeu, même s’il prend son temps pour nous en mettre vraiment plein la vue. Les paysages sont somptueux et variés.

Test Farpoint, le meilleur jeu de réalité virtuelle disponible à ce jour ou simple FPS honorable sur PSVR ? Notre avis sur le jeux vidéo de Sony

Premières constatations

Avant tout, sachez que Farpoint est jouable à la Dualshock, ou bien avec la manette de visée Sony (Aim Controller), qui rend l’expérience encore plus agréable (semble-il, nous n’avons malheureusement pas pu tester cette dernière). D’ailleurs, un pack incluant l’accessoire en forme de fusil et Farpoint est d’ores et déjà disponible. Si la Dualshock s’en sort avec les honneurs dans l’histoire, il faut reconnaître que l’on éprouve, au bout d’un temps, une petit gêne à la tenir à bout de bras lors des phases de fight. Mais comme la Vr est plutôt destinée à des sessions courtes, pour les raisons que l’on sait, on se satisfait finalement assez bien du système de visée.

La première chose qui frappe lors des premières secondes de l’introduction, c’est le jeu d’acteur, qui est extrêmement convaincant : expressions du visage, animations… La motion Capture offre ici un rendu assez bluffant. Jusqu’au doublages, rien ici ne souffre de quelque approximation. Les décors sont particulièrement bien rendus, et comptent parmi les plus réussis sur PSVR à l’heure actuelle. Et le support de la Ps4 Pro ne gâche évidemment rien, bien au contraire… Sur cette dernière, pas de flou, pas d’aliasing… un réalisme et un niveau de détails assez saisissant.

farpoint décor

La direction artistique est une grande réussite, et on se prend des grandes claques régulièrement ! Ici, quelques rayons de soleil soulignent la roche torturée de cette grotte mélancolique.

 On a perdu le contact

Une histoire intéressante, puisée dans tout ce que la SF a pu amener jusqu’à nos jours : la United Earth Project est envoyée dans l’espace afin d’enquêter autour de Jupiter. Mais une mystérieuse explosion, plonge une partie de notre équipage sur une bien étrange planète, froide et inconnue. A la recherche de ses compagnons, et sur les traces d’un vaisseau allié, voilà le point de départ de votre périple, aux commandes de notre héros. La trame se développe doucement mais surement, et Farpoint nous distille ses effets de manche avec un compte goutte savamment dosé, que ça soit dans la richesse des décors,  ou dans la difficulté des phases d’action.

 

farpoint arme

Pas toujours simple de viser dans le feu de l’action, mais la maniabilité est vraiment agréable et précise.

L’environnement dans Farpoint

Dès le début, l’ambiance est saisissante ; après une brève introduction, vous voilà à la recherche de vos compagnons suite à un accident spatial… Vous êtes seul, tout petit dans cette étendue désertique, un peu paniqué, et vos premiers pas sur cette planète hostile vont vous mettre à l’épreuve ! Vents violents, effondrements de roche… ne seront pas ce qui vous arrivera de pire ! Vous pourrez parfois emprunter des chemins alternatifs, mais cela ne changera pas grand chose.

les graphismes et univers farpoint

Il est tout de même fou de devoir se coller un casque sur le nez, pour réapprendre à regarder le ciel… Les teintes bleues ici ont quelque chose d’apaisant, de beau… mais de glacial.

Beau, dépaysant, avec une mise en scène inspirée des classiques de la SF. L’aventure s’avèrera mémorable et très efficace. Progresser à flan de falaise, arpenter des grottes sombres et inhospitalières, pour finalement se retrouver face à une créature 100 fois plus redoutable que celles que vous avez déjà peiné à éradiquer jusque là… Culte.

Les effets sonores sont eux aussi très efficaces, les rugissements caverneux de ces saloperies de bestioles, ou le bruits qu’ils font en crapahutant ou en sortant de terre, vous feront sursauter et vous mettront mal à l’aise. Les fracas de pièces métalliques qui s’entrechoquent… La musique et les effets sonores viennent soutenir le tout pour notre plus grand plaisir. Parfois discrètement, parfois de manière entêtante et dérangeante, parfois simplement belle… Toujours dans le mille. La réalisation est vraiment impeccable, et l’on sent la maîtrise du sujet, de bout en bout.

les ennemis dans farpoint

Je ne sais pas pourquoi, mais cette première rencontre n’augure rien de bon !

Le bestiaire

Le bestiaire est fort sympathique, même si cela repose pas mal sur du déjà vu. Mais rien à ne redire de ce coté là non plus (décidément !). Entre les petites bêbêtes qui se faufilent partout en grouillant à vos pieds, et les plus imposantes vous fonçant dessus, vous crachant à la face, ou explosant quand vous les abattez… Sans parler des aliens plus évolués que vous pourrez croiser au bout de quelques heures. On ne trouve pas vraiment le temps de s’ennuyer ! Des mécaniques classiques, mais bien employées. Vous devrez adapter votre jeu en fonction de ce qui vous tombe dessus. Rien de révolutionnaire en soi dans le fond, mais dans la forme…

La VR est ici transcendée, optimisée, enfin bien exploitée et jouable sans trop de bémols. Immersion immédiate, plaisir intense pendant les phases d’exploration comme lors des gunfights. Farpoint est une sacré expérience, un cas d’école qui, s’inspirant de ce qui a été fait en matière de SF et de jeu vidéo, restitue une synthèse diablement efficace. Dérangeant, captivant, déstabilisant, et exceptionnel.

playstation Vr et action avec farpoint

« Ça pète à tout va mon colonel ! ». Un des passages les plus impressionnants.

De vraies sueurs froides sans motion-sickness ?

Car oui, se sentir attaquer de toutes parts par de féroces créatures hostiles vous arrosant de leurs entrailles, dans un monde froid et désert en VR est clairement perturbant… Difficile d’oublier ce que l’on ressent devant une monstrueuse créature de plusieurs dizaines de mètres poussant des cris de fureur stridents. Farpoint rabattra le caquet des plus couillus ! Reste comme d’habitude à voir votre propre tolérance à la technologie, mais il serait dommage de passer à coté, si vous détenez une ps4 et un PSVR… Les options vous permettront de configurer les mouvements de caméra, responsables du motion-sickness. Mais on peut affirmer que Farpoint est loin d’être le plus gerbant, loin s’en faut ; même après des sessions d’une heure ou plus, aucune gêne à déplorer (sur PS4 Pro).

boos monstre farpoint

Cette immense bestiole fait une entrée fracassante, et elle vous laissera un souvenir… impérissable !

Un Gameplay dynamique et très efficace

Les gunfights sont nerveux et très agréables. Les sensations sont vraiment bonnes, et on jouit d’une précision assez redoutable, même avec la Dualshock, bien que celle-ci soit en l’occurence moins agréable à manipuler que la fameuse manette de visée. Vous devrez maîtriser l’art de la couverture, si vous projetez de survivre. Les armes sont très bien modélisées, et le simple fait de pouvoir les manipuler à volonté, regarder à travers le viseur en alignant son oeil avec ses cibles… Grisant et très bien fichu. Certes, les scripts ne vous surprendront plus au bout de quelques essais, ce qui vous permettra de progresser, et d’affiner votre technique.

le feeling des armes est particulièrement bon

Les coups de feu sont très bien rendus, et offrent de bonnes sensations de tir.

Des vagues de saloperies en tous genre viendront vous faire réagir viscéralement, instinctivement. Vous devrez maintenir un certain tempo dans vos déplacements, et la jouer fine bien souvent. Un très bon point pour ce Farpoint, qui est bien loin de proposer un jeu de tir froid, sans âme, et dénué de personnalité. Shotgun, lance-grenades, sniper, fusil plasma, lance-pointes… Chaque joujou dispose d’un tir secondaire, utilisable avec L2. Les tirs principaux fonctionnent sans munitions, mais avec le fameux temps de recharge, assez répandu. Et heureusement, car vous devrez apprendre à être économe avec les autres cartouches… La vie se régénère aussi toute seule, il suffit donc de se mettre à couvert quelques secondes pour se requinquer.

Farpoint contient des checkpoints au cours des missions, mais ne sauvegarde pas. Vous devrez terminer chaque mission d’une traite.

bipédes armes robots aliens dans farpoint

Vous n’affronterez pas que des aliens primitifs, mais également des bipèdes armés, et autres monstres metalliques.

Un peu de finesse dans ce monde

Farpoint ne se limite pas à offrir du shoot bête et méchant (même s’il le fait rudement bien !). Certains passages sont plus orientés infiltration, et vous devrez vous faufiler, vous cacher, afin de vous éviter des affrontements inutiles, quand c’est possible. Assez classique et basique, mais efficace, encore une fois.

Vous devrez, ponctuellement, reconstituer des hologrammes, afin d’en apprendre plus sur vos équipiers ou votre environnement. Si l’actuce n’est ici non plus pas très originale, elle a le mérite de temporiser l’aventure. Et c’est d’autant plus agréable grâce, encore une fois, au réalisme des animations, au rendu « plus-humain-tu-meurs » des PNJs, bluffants de crédibilité.

Les émotions sont fidèlement rendues, et on s’attache à nos protagonistes.

Entre chaque mission, des cut-scènes de très bonne facture viennent enrichir l’histoire de quelques dialogues bien sentis, et d’une mise en scène toujours de grande classe. Le scénario réserve de bonnes surprises, et de sacrés rebondissements, même si la fin est quelque peu expédiée. Du rire, des larmes, du désespoir, de l’espoir…

émotions cinematique dans farpoint

On peut lire le poids de la situation sur les visages, et ça, ça joue énormément sur l’ambiance, et sur le ressenti du joueur.

Enfin le shooter à la première personne que l’on attendait tous, sur PSVR ! Cette épopée en terres inconnues hostiles est un petit bijou d’immersion et de sensations fortes. Vous allez sursauter, raser les murs et devenir bien parano, et cette atmosphère froide et angoissante ne vous laissera pas insensible. En plus d’un habillage au dessus de tous reproches, le challenge proposé est relativement corsé, et vous devrez bien gérer vos déplacements et être réactif, si vous voulez survivre !

Une fois la surprise passée, et malgré sa répétitivité relative, il est certain qu’il sera toujours agréable de rejouer à Farpoint, seul ou online.

Tellement magique par moments ! Encore une fois, des décors somptueux, une direction artistique de haute volée… A découvrir seul ou à deux !

Un mode Coop dans Farpoint !

Les développeurs ont eu la délicatesse d’inclure en plus de l’histoire, un mode coopératif (en ligne bien sûr ! Deux casques dans la même pièce et utilisant la même machine, ce n’est pas encore à l’ordre du jour !). Parce que dessouder de l’alien solo, c’est bien (surtout avec ce sentiment de vulnérabilité que le jeu parvient à nous procurer), mais à deux c’est, c’est ‘achement plus rigolo ! Et inutile de préciser que cela augmente grandement la durée de vie du soft, qui propose déjà environ 5 à 7 heures de campagne. Court mais intense. Et c’est plutôt généreux par rapport aux standards actuels, en VR. A ce la s’ajoute un mode défi, la possibilité de revoir les cinématiques… Niveau contenu, on ne s’est pas fichu de nous.

Farpoint, vraiment Zéro défaut ?

Bon, c’est bien joli cette critique dithyrambique, cette louange au Messie des shooter en VR, mais vous allez me dire, pour peu que vous voudriiez m’adresser la parole : et il n’y a rien de négatif ? Alors bon, si, on va trouver… Heu, ben tiens, par exemple, lorsqu’il nous arrive de croiser votre ombre en mouvement, on constate que les jambes de notre personnage se mouvent anormalement vite… Cela donne un effet relativement surréaliste. C’est une broutille, un détail tellement insignifiant que la honte me subjugue à la simple idée de le mentionner… Un autre défaut ? Please Stand by… Sérieusement, à part la maniabilité à la Dualshock qui n’est pas des plus confortables, mais qui fait quand même bien le boulot, on peut énoncer le sentiment de déjà-vu dans la trame et la mise en scène Hollywoodienne. Mais rien de scandaleux non plus, cela tient plus de l’inspiration que du pompage. Certaines vagues d’ennemis trainent un petit peu en longueur ; le gameplay étant basique, l’action devient vite répétitive. Mais au grand jamais ennuyeux, surtout pas les premières fois ! Franchement, toutes ces petites broutilles n’entâchent en rien la qualité de l’expérience. Bref, Farpoint est le soft PSVR à acheter les yeux fermés. Alors oui, on est sur du gros Blockbuster, qui a la ferme ambition assumée de nous en mettre plein la vue. Et il y parvient, malgré des petites imperfections dérisoires.

Certains décors sont enchanteurs ; les environnements sont variés et travaillés


Les Points positifs

  • Gunfights nerveux et enivrants
  • Réalisation au poil
  • les environnements très réussis
  • Bande son excellente
  • L’ambiance… va vous mettre sous pression et vous faire mouiller les couches !
  • Qualités narratives…

Les Points négatifs

  • Un air de déjà vu mais assumé et efficace
  • La jouabilité à la Dualshock n’est pas optimale…
  • Court ! On veut des DLC ! Un Farpoint 2, puis un 3…
  • Qui dit AAA… Dit 60 euros neuf ! Cela dit, l’expérience vaut presque l’achat d’une ps4 Pro et d’un Psvr à elle seule ! (presque).
  • C’est à peu près tout !

Conclusion et verdict final pour Farpoint : 18/20

Enfin le shooter que le PSVR méritait. Réalisation aux petits oignons, plaisir de jeu instantané, Farpoint n’échoue nulle part et offre de très bonnes sensations ; perdu, seul, et en danger… Défourailler à tout va la peur au ventre, pour sa survie… Du shoot bien nerveux teinté de survival-horror, avec une vraie ambiance et des grosses claques visuelles, une belle histoire, des surprises et une immersion immédiate… On pourra toujours aller pinailler et essayer de lui trouver des faiblesses, mais on oublie très vite tout le reste, lorsqu’on est cramponné à son fusil mitrailleur, à guetter le moindre mouvement suspect ! Une belle leçon des possibilités tant au niveau technique, qu’au niveau du gameplay, de ce que l’on peut offrir à l’heure actuelle en matière de VR sur consoles de salon. Farpoint est le FPS incontournable, indispensable, à découvrir absolument sur PSVR. On parlera vraisemblablement de Farpoint-like dans les années à venir ! Maintenant que Sony a abattu cette ultime carte, l’entreprise doit se pencher sur les prochains titres, et ils viennent de mettre la barre… assez haut ! Prometteur et excitant !

Article rédigé par Echap

farpoint sur Ps4 avec le Playstation vr

Pouvoir se sentir aussi petit, ressentir la solitude, la vulnérabilité… n’est possible qu’avec la VR.

Vous aimerez également