Critique White House Down – Roland Emmerich déteste la maison blanche ?

Synopsis :

Membre de la police du Capitole, John Cale vient de se voir refuser le job dont il rêvait : assurer la protection du président des États-Unis. Espérant éviter à sa fille une déception lorsqu’il lui apprendra la nouvelle, il l’emmène visiter la Maison-Blanche. C’est à ce moment qu’un groupe paramilitaire lourdement armé attaque le bâtiment. Alors que le gouvernement américain sombre dans le chaos, Cale va tenter de sauver sa fille, le président, et le pays tout entier…

Notre avis :

Un bon vieux “No Brainer”, comprenez par là que vous pouvez laisser votre cerveau à l’entrée de la salle et le récupérer à la fin, la grande spécialité Hollywoodienne. Et cette fois-ci c’est un pro en la matière qui s’y colle puisse qu’il s’agit de Roland Emmerich. D’ailleurs, le papy Allemand n’en est pas à son premier coup d’essai puisqu’il a déjà détruit la maison blanche dans nombreux de ses films comme Independence day, Le jour d’après ou bien encore 2012. Un soucis avec les États Unis Roland ?

Alors que penser de ce White House Down, oui le titre reste en anglais car comme on a déjà eut droit à la chute de la maison blanche il y a 6 mois avec Gerard Butler et Morgan Freeman cette fois on nous laisse le titre en version original et tout le monde est content. Niveau scénario on frise la rupture de tous nos neurones, trahison, vengeance, on arrive même à vous glisser le rôle des méchants arabes, c’est un film américain ne l’oublions pas. Niveau Casting et performance d’acteur, il est évident que Jamie Foxx ne décrochera pas un oscar avec ce rôle, et Channing Tatum reste fidèle à lui même c’est à dire euh… fidèle à lui même. On appréciera tout de même de revoir James Woods dans un rôle principal.

Vous l’aurez compris, ce film n’a rien de révolutionnaire et accumule les incohérences. Seulement voilà il y a de l’action, des effets spéciaux parfois très bons, parfois très discutables et une bonne dose d’humour donc on reste captivé même si le côté patriotisme, bon père de famille, héros et j’en passe reste totalement risible et surexploité dans ce film. Nous avons tout de même préféré “La chute de la maison blanche” d’Antoine Fuqua.

Notre note : 13 / 20

Anthony