Test de Resident Evil Remaster, le survival-horror toujours culte

Un an après la sortie en dématérialisé de Resident evil remaster, ce classique incontournable du survival-horror nous arrive dans sa version boite, accompagné du non moins fameux Resident evil « 0 ». Ce pack disponible sur PC, One et Ps4 intitulé « Resident evil Origins collection », est sorti le 22 janvier 2016. Pour l’occasion, voici le test du premier opus, en attendant celui du « 0 »… Inspirez un bon coup, c’est l’heure d’investir un manoir, désormais culte …

Resident Evil™_20160130153705

Vous reprendrez bien un peu de zombie ?

Tout d’abord, le speech, pour ceux qui ne connaîtraient pas encore l’histoire : Racoon city est une petite ville paisible des Etats-Unis en proie à de récents troubles… L’équipe bravo des S.T.A.R.S. est déployée sur le terrain afin de mettre à jour l’origine de ces mystérieux évènements, mais celle-ci ne répond plus. On envoie donc l’équipe alpha enquêter sur place. Aussitôt arrivés, les soldats se font attaqué par des créatures à la férocité peu commune, et trois d’entre eux doivent se retrancher dans un manoir immense et lugubre. Vous allez devoir, aux commandes de Chris Redfield ou Jill Valentine, nos deux héros, vous frayer un chemin vers la sinistre vérité que renferme ce lieu, tout en essayant de survivre … Et croyez-moi, ce ne sera pas chose aisée ! En effet, vous vous rendez vite compte que des zombies ont investi les lieux !

Un air de déjà vu ?

Les attributs du jeu original sont bien entendu conservés : la qualité de la direction artistique est irréprochable, et l’ambiance sonore habille merveilleusement l’ensemble. Les décors pré-calculés rendent très bien en HD, même si la claque visuelle n’est plus la même qu’à l’époque. Les angles de caméra, toujours fixe, confèrent toujours autant de cachet au titre.

Resident Evil™_20160130165749

Bien entendu, les qualités du titre original sont là, et après ? C’est quasiment tout ! Capcom s’en tient à copier-coller ce qui fonctionne… en HD ! Retrouvez avec joie les allers-retours incessants, les énigmes plus ou moins complexes, et ce sentiment d’être seul au monde, à devoir affronter ce mal inconnu… Vous vous demanderez comment utiliser tel médaillon, ou comment ouvrir telle porte ! Vous devrez scruter toutes les pièces minutieusement, sous peine de passer à côté d’un détail clé, qui pourra vous bloquer un bon moment, voire vous décourager. Il vous faudra examiner les objets récupérés, afin de n’oublier aucun indice …

Si il n’y a rien de vraiment révolutionnaire dans les modifications apportées au titre original, le gros point positif de cette version concerne la jouabilité. Le gameplay « old-school » allié à la fluidité des commandes modernes est vraiment appréciable. La raideur des déplacements de la version de 1996 est révolue ! Bien que vous puissiez choisir les contrôles originaux à tout moment, moins précis. Vous pouvez également choisir de jouer en écran large (16/9) ou original (4:3). La volonté d’offrir au joueur le choix de son expérience ressort immédiatement dans ce « remaster ».

Resident Evil™_20160130002211

Sachez que vous ne viendrez pas au bout de l’aventure, si vous n’économisez pas, et ce dès le début du jeu, vos ressources : herbes ou sprays, munitions, poignards et batteries de taser, le gaspillage est vraiment à proscrire, sous peine de se retrouver en cours de route dans l’incapacité de continuer l’aventure, et mieux vaut s’éviter cette frustration, surtout devant un boss de fin ! En effet, la gestion de votre inventaire est cruciale dans ce jeu. Si Jill a plus d’emplacements de stockage, on est quand même très vite amené à devoir stocker ses trouvailles dans des coffres prévus à cet effet, ce qui implique les fameux allers-retours.

Resident Evil™_20160128164432

On retrouve deux éléments de gameplay déjà implantés auparavant : le premier est l’arsenal tactique, qui consiste à utiliser un poignard ou un taser lorsqu’une créature vous attrape, afin de se libérer. Le second est le système de crémation des cadavres, pour qu’ils ne se relèvent pas lors d’un de vos nombreux va-et-vient à travers la demeure. Pour cela, vous devrez trouver le briquet et la gourde, au début du jeu. Il vous faudra ensuite trouver des bidons de kérosène, afin de remplir le récipient ! Vous serez alors en mesure de brûler les corps, histoire de prévenir un éventuel sursaut d’un ennemi déjà abattu auparavant. Plus tard dans le jeu, en plus de rencontrer des Hunters, ces véloces bestioles aux griffes acérées, vous croiserez également des Crimson Heads, des zombies extrêmement rapides et plus résistants…

Histoire de corser l’affaire, Capcom avait implanté un système de sauvegarde ingénieux : en effet, vous devez pour enregistrer votre partie, être en possession de rubans encreurs, que vous trouverez sur votre route, et en plus trouver une machine à écrire ! Et bien entendu, il faudra économiser vos rubans … Le fait est que cela fonctionne, encore aujourd’hui, et qu’on ne veut pas mourir, sous peine de devoir recommencer parfois loin en arrière…

Resident Evil™_20160130002140

L’histoire varie légèrement selon si vous jouez Chris ou Jill. Le challenge aussi, est différent, et mieux vaut commencer avec Jill si on ne connaît pas le jeu. En plus des nuances qu’offre le choix de votre personnage, trois niveaux de difficulté s’offrent à vous : old school, gamer, ou casual. Du franchement dur, à l’accessible … Le jeu propose pas moins de 12 fins différentes : selon vos choix ou votre façon de jouer ; tous ces éléments plaident pour une bonne rejouabilité du titre. De plus, des petits bonus appréciables sont débloqués lorsque vous terminez le jeu une première fois, parfois sous certaines conditions …

Les points positifs :

  • Tout ce qui a fait de Resident une légende du genre est présent… et en HD !
  • Le choix de jouer « à l’ancienne » ou non (écran 4:3 ou 16/9, choix des commandes classiques ou modernes).
  • Toujours aussi esthétique et efficace.

Les points négatifs :

  • Trop peu d’ajouts…
  • 20 euros en dématérialisé, 40 pour le pack « Origins collection »…

 

Resident Evil™_20160130170446

Conclusion 16/20

Ce fabuleux classique de casse têtes chinois en milieu inhospitalier est toujours aussi efficace. Tout gamer amateur de survival-horror se doit d’avoir tenté l’expérience du gameplay « à l’ancienne » des Resident evil… Bien loin de l’action nerveuse des TPS que le « 4 » avait amené, tout ici est plus psychologique. Ambiance glauque, munitions comptées, gestion basique de la santé mais gestion quand même, énigmes parfois corsées ou capillo-tractées, les maniaques de la gâchette risquent de s’ennuyer s’ils s’attendent à une mise en scène rythmée. Ce qui méritait d’être amélioré l’a été, et cette version propose vraiment une expérience optimale, par rapport aux versions antérieures. Certes les nouveautés se font rares par rapport au remake de 2002, et mis à part les costumes de nos héros et quelques documents bonus, rien de bien conséquent … Mais cette version dépoussiérée fait tout de même honneur à la série, et se présente sous sa forme la plus aboutie possible. On passe un bon moment à arpenter ces lieux toujours aussi sinistres. Si vous ne l’avez pas fait depuis un moment, ou si vous êtes passé à côté (est-ce possible ?), je vous le conseille vivement.

Test réalisé par ECHAP

Vous aimerez également